Construction de la route multinationale Kribi – Campo – Bata reliant le Cameroun et la Guinée Equatoriale

Construction de la route multinationale Kribi – Campo – Bata reliant le Cameroun et la Guinée Equatoriale

Sommaire

A. CONTEXTE

La faiblesse des infrastructures de transport et le mauvais état de l’existant ne favorisent pas le développement des économies de la sous-région, ni la libre circulation des personnes et des biens.
La vision du Programme Économique Régional est de faire de la CEMAC, à l’horizon 2025, un espace intégré, émergent, où règnent la sécurité, la solidarité et la bonne gouvernance au service du développement humain.
La mise en œuvre des politiques sectorielles des programmes d’infrastructures vise à améliorer de façon très appréciable le profil économique compétitif de la sous-région. L’aménagement de la présente route entre dans le cadre de l’intégration économique du Cameroun et de la Guinée Equatoriale conformément au Plan Directeur Consensuel des Transports en Afrique Centrale (PDCT-AC), dont l’un des objectifs est de relier les capitales par une route bitumée en bon état.

La principale route Kribi – Campo – Bata est bitumée à l’exception du tronçon Lolabé – Campo long de 39 km en territoire camerounais.
La route multinationale Kribi – Campo – Bata permettra l’accessibilité et le développement du complexe industriel et portuaire de Kribi.
Le diagnostic des conditions de circulation dans la zone du « Complexe industriel et portuaire de Kribi » a relevé un certain nombre de dysfonctionnements majeurs portant notamment aussi bien sur l’état physique des routes existantes que sur l’insuffisance des voies d’accès aménagées.
Ces dysfonctionnements entravent la fluidité de la circulation dans la zone du « Complexe industriel et portuaire de Kribi » et rendent ainsi difficile son accès, ce qui impacte négativement sa compétitivité et donc de tous les corridors nationaux et transafricains associés, notamment, Kribi – Douala, Kribi – Yaoundé, Kribi – Bangui, Kribi – N’Djamena.

B. DESCRIPTION DU PROJET

La section Lolabé – Campo est actuellement une piste à l’état naturel avec de nombreuses zones de bourbiers quasiment sans accès possible pendant les saisons de pluies. Son mauvais état constitue un obstacle majeur aux échanges entre les deux pays et la sous-région.
L’aménagement progressif de la section Lolabé – Campo (39 km) par la construction d’une chaussée unidirectionnelle à 2 x 2 voies de largeur 3,50 mètres séparées par un terre-plein central de 1,50 m et deux accotements de 2,00 mètres chacun. Cet aménagement s’inscrit dans la continuité de la construction de la route Kribi – Lolabé – Campo dont la première section Kribi – Lolabé est déjà réalisée.
Le présent projet débute à la sortie du port en eau profonde de Kribi au village Lolabé. Il longe la côte atlantique sur la totalité de sa longueur jusqu’à Campo.

Les Etudes d’Avant – Projet Sommaire sont disponibles.

C. OBJECTIFS

L’objectif global du projet est de contribuer à l’efficacité du sous-secteur des transports routiers pour soutenir le développement économique et social ainsi que l’intégration régionale. Il participe ainsi à la mise en œuvre du Plan Directeur Consensuel des Transports en Afrique Centrale (PDCT-AC) dont l’une des priorités est d’assurer, à brève échéance, des liaisons fiables et pérennes entre les capitales des différents Etats de la Région.
L’objectif spécifique du projet vise à : (i) créer des liaisons routières permanente reliant les pays de l’Afrique Centrale, (ii) améliorer la compétitivité de leurs économies (iii) réduire les coûts généralisés de transport, (ii) améliorer les conditions de vie des populations de la zone d’influence du projet, en vue de contribuer à la réduction de la pauvreté.

D. RESULTATS ATTENDUS

Les principaux résultats attendus du projet sont :
– la construction et le bitumage d’environ 39 km de route,
– l’amélioration des conditions de vie des populations de la zone d’influence,
– l’accroissement et le renforcement des échanges économiques Inter – Etats à travers une amélioration quantitative et qualitative des infrastructures de transport, pour répondre aux besoins du développement durable et de l’intégration régionale,
– la mise en valeur des ressources naturelles et des richesses minières de la région

E. ELIGIBILITE AU NEPAD

Le projet de construction et de mise à niveau de la route Kribi – Campo – Bata s’inscrit en droite ligne des priorités du NEPAD.

F. COUT DU PROJET

Le coût de la première phase de l’aménagement progressif de la route Lolabé – Campo est de 62,20 millions d’euros.

Le financement de la Banque Africaine de Développement de 53 millions d’euros couvre 85% des besoins. Le gap de financement recherché est de 9,4 millions d’euros soit 15% du coût du projet.

G. VIABILITE DU PROJET

L’évaluation économique a été effectuée par le modèle HDM IV sur la base de l’analyse couts/avantages entre les situations sans et avec projet, sur une période de 20 ans et un taux d’actualisation de 12%. La valeur résiduelle de l’investissement au terme de la période précitée est de 20%.
Les coûts pris en considération sont : (i) les coûts d’investissements (liés aux travaux et à leur contrôle, et aux imprévus physiques) et (ii) les coûts d’entretien des routes et les coûts d’exploitation des véhicules. Les avantages sont liés à la réduction des coûts généralisés de transport (gains de temps et d’exploitation des véhicules) et les gains en coûts d’entretien de la route.
L’évaluation du coût des investissements et des gains économiques permet d’obtenir des Taux de Rentabilité Interne (TRI) de 17% et une Valeur Actuelle Nette Economique (VANE) de 111 millions d’euros.