Interconnexion des résaux électriques Cameroun - Tchad

Sommaire

A. CONTEXTE

L’interconnexion des réseaux électriques Cameroun – Tchad répond à la volonté des deux pays d’optimiser l’utilisation de leurs ressources énergétiques par l’intégration des infrastructures de production, de transport et de distribution de l’énergie électrique. En effet, le Cameroun et le Tchad font face à des difficultés majeures de développement économique et social qui résultent de contraintes diverses, dont, les coûts très élevés de l’énergie. Les taux d’accès à l’électricité des deux pays sont très faibles en raison d’une disponibilité insuffisante et se situent aux environs de 18% au Cameroun et de 3% au Tchad.

La ligne d’interconnexion Cameroun-Tchad est reconnue dans le schéma d’échange d’énergie entre les Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), comme l’une des importantes infrastructures à réaliser pour les échanges d’énergie au sein de cet espace.

B. DESCRIPTION DU PROJET

Le projet consistera en la construction : (i) d’une ligne principale HT 225 kW entre Ngaoundéré, Maroua (Cameroun) et Ndjamena (Tchad), (ii) d’une bretelle de ligne HT 225 kW entre Maroua (Cameroun), Bongor, Guelendeng et Ndjamena (Tchad), (iii) des Postes de transformation HT/MT associés, (iv) ainsi que des réseaux de distribution, pour l’électrification rurale, le long des couloirs de ligne. La longueur totale des lignes HT à construire est d’environ 1024 km (786 au Cameroun et 238 au Tchad), et le nombre de localités à électrifier le long de ces lignes est de 478 (409 au Cameroun et 69 au Tchad).
Les études technique, économique, sociale et environnementale sont disponibles. Ces études ont : (i) examiné la faisabilité technique, économique et financière, ainsi que l’impact environnemental et social du projet d’interconnexion, (ii) étudié l’électrification des pôles de développement se trouvant le long des lignes de transport, (iii) défini le cadre institutionnel et commercial du projet et (iv) préparé les projets de protocoles d’accord relatifs aux cadres institutionnel et commercial définis, ainsi que les dossiers d’appel d’offres.

C. OBJECTIFS

L’ambition régionale dans le sous-secteur de l’électricité cible trois objectifs stratégiques spécifiques : (i) un accès universel à l’électricité (100% à l’horizon 2025 contre une moyenne de 17% aujourd’hui), (ii) un prix moyen du kWh compris entre 30 et 40 F CFA en 2025 (supérieur à 100 FCFA actuellement), (iii) la valorisation de 54% du potentiel hydroélectrique (contre moins de 3% actuellement) et d’au moins 5% du potentiel gazier pour la production d’électricité (moins d’1% actuellement).

L’objectif global du projet est de résorber le déficit énergétique des pays concernés par un approvisionnement additionnel régulier en électricité des réseaux interconnectés adjacents. L’objectif sectoriel est d’augmenter le taux d’électrification de chaque pays.

L’objectif spécifique est l’alimentation : (i) le développement d’une véritable industrialisation (nationale, sous-régionale et régionale) et (ii) le développement de l’électrification transfrontalière, (iii) le développement d’activités génératrices de revenus et (iv) l’amélioration des conditions des populations.

D. RESULTATS ATTENDUS

L’interconnexion des moyens de production et de transport de l’énergie électrique du Cameroun et du Tchad permettra des gains importants en coûts de production au profit direct des sociétés nationales d’électricité. Le projet permettra à travers l’électrification des localités riveraines des lignes d’interconnexion, d’augmenter le taux d’accès à l’électricité dans les deux pays et contribuera d’une manière générale à l’amélioration des conditions de vie des populations et à la lutte contre la pauvreté.

E. ELIGIBILITE AU NEPAD

Le projet d’aménagement hydroélectrique de Chollet et des lignes électriques associées s’inscrit en droite ligne des priorités du NEPAD.

F. COUT DU PROJET

Le coût du projet est estimé à 466 millions d’euros environ. Le financement déjà mobilisé est de 34,2 millions d’euros.

G. VIABILITE DU PROJET

Le projet d’interconnexion électrique Cameroun – Tchad constitue une réponse appropriée aux contraintes et difficultés d’approvisionnement en électricité des deux pays. Il permettra l’accroissement des échanges d’énergie entre le
Cameroun et le Tchad. Avec une fourniture plus accrue de l’électricité à des prix raisonnables à long terme, le projet favorisera le développement économique des deux pays tout en renforçant la coopération régionale et l’intégration entre les pays de la CEMAC.

Le montage du projet sous la forme d’un Partenariat Public-Privé (PPP) a été arrêté par les États.